Dynamobile
23/07/10 : La suite de la montée

C’était annoncé, ca devait etre dur… mais là, franchement ! Des chemins de terre dans les sous bois avec des graviers, des gravillons et des branches, je dit stop. La tradition sera donc respectée, ca n’a pas changé en 4 ans, ce fut le jour du bordel routier. On s’était déjà faché avec la manière de gérer le groupe en ville (je n’était pas le seul !) là, on est retombé dans le vieux travers des trajets rallongés pour le plaisir de ceux qui ne sont pas fatigués, en l’occurrence, ce n’était pas nous. Car on a beau etre en Allemagne, la route vélo n°1, par morceaux importants, n’est quand même qu’un grossier chemin plein de terre et plein d’embuches pour celui qui veut passer en trike chargé de 30kg de bagages (ou un vélo de ville chargé pareil, ou quelqu'un avec une remorque et un bébé,...) … donc ; quand enfin nous entrons en ville, après 4 tour de bloc, il nous a fallut fait d’autre tour de bloc plutôt que de prendre la ligne droite (bien connue pour etre le trajet le plus court entre deux points) mais visiblement…tout le monde n’a pas eut mon prof de math. Peut etre (mais ceci n’est pas un reproche, une simple constatation) que l’usage de « nouvelles technologies », je pense en particulier au gps, serait la bienvenue – voyez ce que je fait lors de mes voyages en combinant carte papier et gps … - ceci dit, il est vrai que nous sommes plusieurs à noter que les km annoncé au matin sont largement respectés, ce qui n’est pas plus mal (et je ne suis pas le seul à le dire non plus).

       
       
       
       
       
       
       
       
       
   

Les chiffres

Hé bien oui ! ca augmente tous les jours un petit peu, on en est donc à 56,73 de vitesse maximale mais surtout à une série de jolis virages enchainés à plus de 45 km/h … je commence doonc à bien gérer l’équilibre du trike chargé. C’était très très fun dans ces descentes mais bon c’est vrai aussi que j’ai eu aussi quelques chaleurs dans certaines zones cabossées et boisées car nous avons descendu des chemins boisés à des allures quasiment dantesque.
Bon il est l’heure d’aller pieuter car demain il parait que nous paronts bcp plus tot et je dois nettoyer le trike car la pluie diluvienne de ce matin, n’a pas arrangé la commande du frein droit, qui est complètement encrassée, et je ne vous parle pas de la couche de … qui orne la transmission (dont le dérailleur à lui-même subit les avatars des caillloux des sous-bois allemand et m’a obligé par deux fois à pousser le Jlp dans les montées) d’ailleurs dans le domaine, faites quand même vachement attention aux pneux dont vous disposez pour parcourir certaines routes vélo européennes car les cartes peuvent etre très trompeuses à propos de la qualité des revêtements. Mais on en reparle demain car la lumière va bientôt s’éteindre dans le hall de sport et je n’ai meme pas encore déballé mon sac de couchage.

Nous roulerons au final de Einbeck à Goslar 69,32 km en 5:21:17 soit une moyenne de 12,94km/h. Vitesse max de 56,73km/h.

Retour haut de page

Les autres reportages apparentés

17/07/10 C'est parti, Berlin j'arrive
18/07/10 Entrée en Allemagne
19/07/10 La vraie grimpette c'est aujourd'hui
20/07/10 Arrivé à Paderborn!
21/07/10 Premier « jour » de dynamobile
22/07/10 Début du dénivellé pour Dynamobile
24/07/10 Le 2eme jour durdur
25/07/10 Arrivée à Schönebeck
26/07/10 Belzig ou le jour ou j’ai dit zut au sable fin dans le bois
27/07/10 La ville adossée à Berlin, Potsdam
28/07/10 Entrée dans Berlin
29/07/10 Jeudi, visite de groupe
30/07/10 Notre balade dans Berlin
30/07/10 Une autre Masse critique!
31/07/10 le retour en car